jeudi 28 octobre 2010

Des Achille à la pelle

J'avais fait un dessin cet été, à la mort de Bigeard. Mais il était pas terrible, et puis comment expliquer des sujets pareils ? Pour des raisons romanesques, je m'était intéressé au personnage, vrai Achille de notre temps. Dans le monde préchrétien, l'Iliade par exemple, le héros n'a pas vocation à être bon. Le personnage de Bigeard était un Achille tout à fait convenable, mais avec une austérité sexuelle gaulliste.
Pourquoi je le ressors, maintenant ? Car nous avons les meilleures troupes d'intervention du monde. Notre police est un exemple, et son action récente à cent mètres de chez moi, montre bien qu'elle n'a rien perdu de l'enseignement des guerres précédentes;
Le 21 octobre, la place Bellecour a été bouclée, avec les gens dedans. Ils y sont restés six heures, quoi qu'il y fassent. Pareil pont de l'Université, cent cinquante. Les jeunes gens étaient là en garde à vue. Il fallait ensuite, six heures après, pour sortir, montrer papiers, et patte blanche. Des identités ont été relevées, de sphotos prises. Certains emportés dans des car de police. Il semblerait que les gens de plus de quarante ans pouvaient passer les barrges, que les jeunes bourges du centre passaient sans trp de problème, que les Arabes et Noirs à capuches se faisaient contrôler pointilleusement et embarquer.
Les actes de police étaient décidés au faciès. Les présumés coupables, sans encore avoir rien fait, se retrouvaient en garde à vue préventive. Rien de bien grave, juste du symbolique, de l'humilition, de l'illégal. La police à cent mètres de chez moi pratiquait l'amalgame et la différenciation, mais à contre temps : amalgamer contrevenants et passants, différencier Français supposés de souche et Français supposé d'ailleurs, au flair.
Les détails sont là.
Je trouve ça scandaleux, comme atteinte à la démocratie, à la légalité, et aux forces vives de ce pays : de telles pratiques créent de la rancoeur. Ces décisions prises pour prévenir un délit à venir vont déclencher toutes sortes de délits dans l'avenir.
Nos policiers ont appris. Ils se prennent pour Bigeard, mais en un temps où il ne faudrait plus.

3 commentaires:

Droufn a dit…

merci pour ce blog, tes bons mots et jolis dessins, encore ;)

Berthoise a dit…

C'est terrible ce que vous racontez là.

tbruiz a dit…

mais vrai
n'oublions pas que lors de la blessure par flash ball d'un jeune lycéen à Montreuil, interrogée par la presse sur ce tir il fallut plus de 4 heures à la préfecture pour fabriquer un communiqué de presse arguant de policiers en état de légitime défense, ce qui est contesté par tous les témoins.
les forces de police auraient tout à gagner à être responsables.
elles perdent tout à rester, comme dans une forme de moyen-âge, hors de toute loi, et de toute mise en cause.
les témoignages sont légions sur ces violences, ces humiliations, ces pratiques d'un autre âge.
Jalexis a bien raison.
Nous voilà de retour au siècle dernier.