samedi 31 janvier 2015

Le destin admirable de la petite invention de Mikhail Timofeïevitch

Un petit toast de l'au delà, de la part de Mikhaïl Timofeïevitch Kalachnikov, qui finalement quand j'y pense, est l'un des grands hommes du XXème siècle. Parce qu'il  est un de ceux qui ont contribué à construire notre monde. Je pensais ça la nuit, dans une ruelle obscure, en passant devant une vitrine où l'on exposait de belles chichas. Je le montre, car sinon on va croire que j'invente.
Donc en voyant ça, que je n'avais jamais vu ni imaginé, interloqué, je me suis dit que Kalachnikov était au fond le Steve Job de l'Union Soviétique. Il a inventé le petit objet qui change la vie, les usages, les actes, qui maintenant est partout, que tout le monde connaît, et dont on ne voit pas bien comment se passer. La kalach a toujours été autant une figure qu'un arme, figure des luttes armées révolutionnaires des années 70 ou 80, il suffisait de la brandir ou de la dessiner pour dire qui on était, et maintenant elle est une figure de l'imaginaire gangsta-kouachiste, et on peut entre potes tirer une petite bouffée de la pipe de l'oncle Mikhaïl en gloussant comme si on jouait dans un clip de rap conscient-narquois. Quand je pense qu'il a dit un jouir qu'il aurait préféré inventer une tondeuse. Le monde en aurait été changé.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

jour, jouir...
J'essaie de comprendre le lapsus...

Anonyme a dit…

Jouir ce n'est pas mal comme lapsus aussi

kwarkito a dit…

Ces narguilés sont , comment dire ?.... assez stupéfiants...