lundi 27 juin 2011

Les cobayes prennent la pose

Rien de tel qu'une petite réunion : le gens sont assis, ne bougent pas, regardent celui qui parle et pas celui qui les croque. Et là, en plus, je ne les connaissais pas, alors ça change de dessiner toujours les mêmes collègues. Croiser de nouvelles têtes augmente les possibilités graphiques. C'est bien, la nouveauté. Quant aux intertitres, ils montrent, à ma surprise au fond, que l'immense créativité lexicale des sciences est une ressource poétique inépuisable. Je me demande si mon goût pour les sciences de la nature ne tient pas en grande partie à leur vocabulaire.

2 commentaires:

Berthoise a dit…

Ils n'avaient pas l'air ravis, les croqués. C'est le vocabulaire qui ne passait pas ?

jalexis a dit…

C'était vachement sérieux, la réunion qu'on suivait...