mardi 17 mars 2015

Faut pas embêter Manu

Plus Batman que jamais, voilà Manu qui se dresse seul contre le spectre du populisme... maintenant d'une main les restes tremblants de la gauche classique, écartant d'un pied les lambeaux pas encore en taule de la droite toute aussi classique, s'essuyant le front de la main qui reste, avec l'autre pied il zlatane la meute LePen, du père exhalant des bouffées de formol méphitique à la petite fille qui tente d'aboyer d'une petite voix aiguë, en passant par la tenante du titre, qui compte ses parts de marché électoral d'un air gourmand. La mêlé est générale. Il fait tout, Manu.

5 commentaires:

Mary Arnaud a dit…

Bonjour,

Ravie de voir que vous êtes toujours productif sur le blog et dans la vie littéraire! En revanche, une vraie perte pour les élèves en sciences!
Je suis une de vos anciennes élèves de Saint-Marc, on avait échangé un petit mot autour de votre Prix Goncourt et de la journée des dédicaces de Sciences Po.
Je suis en train de monter un projet littéraire et j'aimerais qu'il soit soutenu par des auteurs. Je me doute que vous êtes très occupé mais si vous avez un petit échange de mails à me consacrer pour que je puisse vous en dire plus, vous trouverez mes coordonnées grâce à ce post!

Bien à vous,

Mary

Mary Arnaud a dit…

Je ne suis pas sûre que vous ayez accès mon adresse mail de cette manière, alors je vous la remets ici :
projetlafabrique@gmail.com

Merci!

Karenine a dit…


A quand le verbe sur tout et rien qui vous traverse, plutôt que ces longs monologues genre pudding où l'écrivain se mue en paparazi occupé à croquer la transe politique, plutôt qu'à nous emmener dans des voyages pas très loin, plus rafraichissants?
Changement de cap?
Dommage, je préférai voyager avec un couteau suisse dans la poche plutôt que la presse dans le sac à dos.

alezandro a dit…

Il faut bien que quelqu'un se dresse!

LeVagabon a dit…

vraiment joli le dessin =)